Hommage à Vincent Merle


 

 

Vincent Merle nous a quittés le 23 Avril 2013, sans crier gare... sans nous laisser le temps de nous habituer à l'idée que nous allions être, un peu, orphelins...

J'ai eu le privilège de travailler à ses côtés au sein de l'Institut Mcva du Cnam. 10 ans de compagnonnage, de partage, de mentorat, mais surtout d'amitié. Il m'a donné l'une des plus belles leçons de management qui soient : alors que nous ne nous connaissions que de vue, nous avons été conduits à travailler ensemble. Il a choisi de me faire confiance à sa façon : sur un petit dossier, de faible enjeu... un test, en quelque sorte. Le test réussi, il m'a demandé d'intervenir sur un autre, de plus grande ampleur. Progressivement, sans que nous ne nous en disions rien, il m'a accordé une confiance totale, solidement assise sur ces petits tests faits. Car il était ainsi, bienveillant, généreux, exigeant...

Il faut apprendre à continuer sans lui.

 

Je publie ci-dessous l'hommage que j'ai eu l'honneur de prononcer, lors de la cérémonie d'adieu, et qui portait sur "Vincent Pédagogue" :

Quand il y a quelques années, Vincent m'a appelée pour me parler d'un nouveau projet dans lequel il allait s'investir avec sa fougue habituelle, la Grande Ecole des Bacs Pros, qui n'était pas encore l'Ecole Vaucanson, et me demander si je jouais avec lui, il m'a dit avec ce rire de gorge qui lui était si particulier "qui aurait dit que je finirais ma vie professionnelle comme directeur d'école!" . Au-delà de la boutade, il était fier de ce titre et les succès qu'il rencontrait auprès de nos apprentis le rendaient particulièrement heureux.

Pédagogue, Vincent l'a sans doute toujours été. Il disposait pour cela de qualités solides et enviables, que nous lui connaissions tous. Une maîtrise du verbe impressionnante, qui faisait de lui un orateur talentueux, extrêmement respectueux de la langue, mais qui surtout savait adapter son niveau de langage à son auditoire. Maniant l'humour avec finesse, il savait doser ses effets, avec un rien de théâtralité, et savait rendre palpitantes ses interventions sur les sujets les plus arides. Il faut l'avoir vu s'adresser à des aides-soignantes pour expliquer la VAE, en des termes simples, accessibles, émaillant son discours d'anecdotes et d'illustrations, pour mesurer son talent de pédagogue. Pour avoir, en ces occasions, été amenée à animer la formation après qu'il l'eût lancée, je peux vous dire que le challenge était ardu, et que je n'ai jamais soutenu la comparaison… mais qui l'aurait pu ?

Pédagogue, il l'était encore quand il abordait un sujet sur lequel il travaillait même pour les auditeurs qui pensaient le connaître. Mais c'était pour nous le révéler sous un jour nouveau, tant était grande sa capacité à faire des liens entre des sujets apparemment éloignés, mais qu'il reliait entre eux pour en faire émerger la cohérence d'ensemble. Il savait redonner du sens en permettant de comprendre les liens de causalité et les répercussions entre les différentes thématiques abordées.

Pour l'auditeur, Vincent était un régal et un cauchemar. La plume, gaillarde au début du cours, accrochait vite sur le papier, voire retombait car chacun était suspendu aux lèvres de Vincent et se rendait compte qu'il était impossible d'en perdre une miette. Pour tout noter, il aurait fallu recourir à la sténotypie ! Ouvrant des parenthèses dans des parenthèses, il développait une pensée profuse, riche de rebondissements et d'illustrations, mais retombait toujours sur ses pieds en refermant soigneusement chaque parenthèse ouverte. A la fin du cours, quelques étudiants qui ne le connaissaient pas encore demandaient ingénument "Est-ce que nous aurons le support ?" quel support ? Tout tenait dans sa tête, ou parfois en quelques lignes hâtives jetées sur le papier…

Sa dernière grande aventure sur le plan pédagogique aura donc été l'Ecole Vaucanson, projet visionnaire, né dans le cerveau fertile de Jean-Pierre Boisivon et auquel Vincent devait donner corps. Il a su faire partager l'intime conviction que les bacheliers professionnels qui n'ont pas les qualités académiques habituelles, ont une autre intelligence et d'autres manières d'apprendre. Notre rôle était de susciter leur curiosité pour enclencher leur envie d'apprendre. Il prônait une pédagogie de la réussite centrée sur le faire et l'analyse de ce qui a été fait plutôt que sur la sanction par la note, responsable selon lui de bien des échecs.

Avec les apprentis Vaucanson, ses "petits canards" comme il disait, en allusion au canard mécanique de l'ingénieur Jacques de Vaucanson, il se montrait paternel, sans jamais être paternaliste. Il leur témoignait inlassablement son envie de les faire grandir et de les accompagner… Il avait prêté à l'un d'entre eux, qui ne lisait pas, "l'Ombre du vent" ce pavé élégant et palpitant de Carlos Ruiz Zafon. Un jour, voyant le titre dépasser de sa poche, il lui demanda des nouvelles de cette lecture… sa réponse "Monsieur, il y a beaucoup de pages ! " avait beaucoup égayé Vincent.

Les nombreux témoignages reçus des apprentis de l'Ecole Vaucanson permettent de dessiner un portrait sensible et lumineux de Vincent, et témoignent à la fois de l'empreinte durable qu'il a laissée et des effets du dispositif qu'il a porté :

Je pense qu'il nous a tous marqués par son intelligence, sa gentillesse, sa sagesse et son sourire toujours présent quel qu’en soit les circonstances.  Je me souviens de ses "Revue de Presse" qui nous captivaient, nous, Bacheliers Professionnels, qui ne nous étions jamais intéressés à l'actualité. Je suis fière et heureuse d'avoir eu l'opportunité de rencontrer Monsieur Vincent Merle. Grâce à lui j'ai beaucoup appris. Nous n'étions pas de simples étudiants à ses yeux nous étions ses collaborateurs. Apprenti en L3

M. Merle m'a marqué, m'a donné envie de m'investir dans l’École Vaucanson, il m'a permis de croire en moi. Les quelques discussions un peu plus personnelles que j'ai pu avoir avec lui m'ont convaincu qu'il existait une réelle diversité des compétences et que rien n'était joué. Apprenti en L2

Nous sommes tous conscient qu’il a été un grand bâtisseur de l’école Vaucanson. Chacun de nous a su profiter de sa gentillesse, de son envie de transmettre, de son écoute et de ses conseils. Il a été une personne importante dans notre développement personnel et faisait figure d’exemple. Il nous manquera à nous et aux prochaines promotions. Cela laissera un grand vide.  Apprenti en L3

Je ne l'ai pas énormément connu mais c'est la personne la plus intelligente que j'aie connue. Grâce à lui j'ai découvert beaucoup de choses que je ne connaissais absolument pas ; je voudrais le remercier de nous avoir donné la chance de faire ces études. Apprenti en L1

 

 

Site optimisé pour un affichage 1024  x 768 pixels

[Accueil] [Plan du site] [Management] [Changement] [Psychothérapie] [Publications] [Références] [Hommage à Vincent Merle]

Envoyez un courrier électronique à l'administrateur pour toute question ou remarque concernant ce site Web.
Copyright © 2007 Annick Penso
Dernière modification : 10 mars 2016